Chansons des Iles

Chansons des Iles

Parution en 1937 - Editions Denoël

Illustrations de Marianne Clouzot  

CHANSON POU MISSIÉ SIGOND CAPTAINE

Nous peu'z'iés bleus vous
Nous peu'z'iés bleus vous

CHANSON POUR LE SECOND CAPITAINE

I

Segond
Toujours vous nous faites peur
Second
Nous avons peur de vos yeux bleus
Second !

REFRAIN

Ah ! le méchant Second que nous avons...
Ah ! le méchant jeune homme que nous avons...
Second pas bon,
Second maudit !
Il ne nous donne pas la ration (de tafia)
Il ne nous donne pas de biscuit.
Second méchant...

II

Segond
Du Trois-Mâts tout blanc
Second
Votre cœur n'est pas content
Second !

III

Segond
Vous avez une jolie Doudou
Second
Qui pleure pour vous
Second !

IV

Segond
Vous allez vous marier
Second
C'est pourquoi elle pleure
Second !

V

Segond
Ne faites pas de sottise
Second
Gardez votre liberté
Second !

VI

Segond
Vous ne vous marierez pas, bien !
Second
Votre Doudou ne pleurera plus
Second !

VII

Segond
Appelez le cambusier
Second
Afin que nous puissions chanter
Second !

DERNIER REFRAIN

Ah ! le charmant Second que nous avons...
Ah ! le charmant jeune homme que nous avons...
Second très bon,
Second gentil !
Il nous donne la ration
Il nous donne du biscuit.

Second charmant ...

I
Sigond,
Toujou fait peu' nous,
Sigond,
Nous peu' z'iés bleus vous,
Sigond !

REFRAIN :

Ah ! la michant sigond gagné !

Ah ! la michant jin'homm' gagné !
Sigond pas bon
Sigond maudit

Y pas donné ation
Y pas donné biskit
Sigond michant...


II

Sigond,

Di Touas-mâts toutt blanc,
Sigond,
Coeu vous pas content...
Sigond !

III

Sigond,

Vous tnui beau Doudou,
Sigond,
Ka pleu'é pou vous,Sigond !

...........

DERNIER REFRAIN

Ah ! la châmantt sigond gagné !

Ah ! la châmantt jin'homm' gagné !
Sigond y bonSigond zenti
Y donné nous 'ationY donné nous biskit
Sigond châmant ...

Chansons des Iles

Extraits

« Qui n'a pas fait à la Voile les voyages des Antilles, n'a pas connu la douceur de naviguer »

Le loup et l'agneau

LOUP ET TI MOUTON

Douvant poule ravette pas t'ni
Raison. Provèbe là bien voué
Li voué ladans caze béké,
Li voué » dans caze nèg aussi.

Yon ti mouton, les autt-fois,
Té ka boué dans la riviè.
Yon gros loup sôti dans bois
Li vini tou pou li bouè.
Loup là, dent li té rouillé,
Li pas té trouvé mangé ;
Ou'a dit li té fè carême ;

Guiole li té longue, li té blême
Com yon patate six simaines ;
Maig com yon nèg qui dans chaîne ;
Quand li vouè ti mouton là,
Tout suite khè li té content.
Li dit mouton : « Pouquô fè
To, rhadi, ka vini bouè
Dans la riviè, pou troublé
Dleau là ? To fè ça exprès
Pou chaché train évec moin
To pas té tini bousoin
Fè ça. Moin té save déjà,
Dans l'année qui passé là,
Lassous moin to mal palé »
Ti mouton là dit : « Mouché,
Pit-êtt c'était yon lautt moune,
Piss moin p'encô té dans moune
Dans temps où ka palé là. »
Gros loup là réponne comça :
« Si c'est pas to, c'est papa
Yche maman to » ; « Mais moin pas
T'ni papa ? moin c'est bata. »
- « C'est foué to pouloss, moufi. »
- "Foué ? maais moin com titiri
Moin pas tini piess parent
Dépi moin lassous latè
Moin pas jaùmain ni bonhé
Connaîte yonne ; anni maman...
- « To ka raisonnein, joucoué,
Qui moune ça to ka palé ?
Coument, to p'encô ni dent
Et to déjà insolent.
M'a fè to voué to ni tô
Vini ici fè guiole fô."
- « Mais moin pas dit ou engnien,
Missié, Ché Maîte ! » - « Pas bousoin
To mandé grâce, à présent. »
Quand li di ça, li fè : houan !
Ca fè, li ba li yon coup
D'dents pa côté dériè cou.
Pauve ti mouton là fè : bèh !
Li tombé mô raide à tè.
Loup là pend toutt, viane comme zo,
Valé : floupe ! con yon gombo...

traduction !

LE LOUP ET L'AGNEAU

Devant poule le cancrelat n'a pas
Raison. Ce proverbe est bien vrai.
Il est vrai dans la case du béké
Il est vrai dans la case du nègre aussi.Un petit mouton, autrefois,
Buvait dans la rivière
Un gros loup sortit des bois,
Il vint aussi pour boire.
Ce loup, sa dent était rouillée,
Il n'avait pas trouvé à manger ;
On aurait dit qu'il avait fait carême ;
Sa gueule était longue, il était blême
Comme une patate de six semaines ;
Maigre comme un nègre qui est dans les chaînes.
Quand il vit le petit mouton,
Tout de suite son cœur fut content.
Il dit : « Le Bon Dieu a envoyé ce bien
Pour que je le mette en bas des dents. »
Il dit au mouton « Pourquoi faire
Toi, hardi, viens-tu boire
Dans la rivière, pour troubler
Cette eau ? Tu as fait cela exprès
Pour chercher train avec moi.
Tu n'avais pas besoin
De le faire, je savais déjà,
Dans l'année qui est passée là
Que sur moi tu as mal parlé. »
Le petit mouton dit : « Monsieur,
Peut-être c'était une autre personne,
Puisque, moi, point n'étais-je encore en ce monde
Dans le temps dont vous parlez-là. »
Le gros loup répondit comme ça :
Si ne n'est pas toi, c'est le papa
De l'enfant de ta mère. » - « Mais moi
Je n'ai point de papa, je suis bâtard. »
- « C'est donc ton frère pour lors, mon fils. »
- « Frère ? mais je suis comme te titiri (Frai de poisson)
Je n'ai aucun parent.
Depuis que je suis sur la terre,
Je n'ai jamais eu le bonheur
D'en connaître un ; sinon maman...
- « Tu raisonnes, je crois.
A quelle personne est-ce que tu parles ?
Tu n'as pas encore de dent
Et déjà tu es insolent.
Je te ferai voir que tu as tort
De venir ici faire gueule forte. »
- « Mais je ne vous ai rien dit
Monsieur, cher Maître ! » - « pas besoin
De demander grâce, à présent. »
Quand il dit ça, il fit houan !
Celà fait, il lui donne un coup
De dents par côté derrière le cou.
Le pauvre petit mouton fit : beh !
Il tomba mort raide à terre.
Le loup prit tout, viande comme os,

L'avala : floupe ! comme un gombo. (Légume qui s'avale facilement)